renom à flacé

Je vais vous raconter - et vous montrer - mes nouvelles balades, qui sont un peu des aventures, car là je mène l'enquête!

Je suis depuis toujours fascinée par les cours d'eau, les grands, les moyens, les tout petits, les sources ... cette obstination à creuser son lit peu à peu, à garder le cap, m'émerveille comme un mystère éternel. Voyez, ça me rend lyrique. 

Donc j'ai décidé d'aller à leur rencontre. J'ai appris qu'en Sarthe, mon département, il y avait (Wikipédia) 80 cours d'eau. En quelques jours, j'en ai déjà trouvé un de plus, alors imaginez les possibilités de balades. Bon, parfois ils ne font que quelques km de long, peu importe, ce n'en est que plus intrigant, et il a tellement plu cet hiver que je ne devrais pas avoir de mal à les dénicher.

J'ai commencé mardi dernier par le Renom, qui passe sur la commune où j'ai vécu mon enfance. Je le connaissais très peu en fait, juste à un endroit. J'ai potassé Google Maps, et en avant. 

La première photo, c'est le Renom à Flacé, un hameau ravissant qui se trouve à 2 km de "mon" village. Petite, j'allais à pied par là, des heures de promenade solitaire, obstinée, voyez que ça ne date pas d'aujourd'hui cette passion.

Ici, c'est le Pont Tore, ce ruisseau inconnu de Wikipédia, et qui se jette dans le Renom à Flacé. 

pont tore 2

 

IMGP0221

IMGP0220

 

La chapelle et sa croix, qui sont là depuis 1000 ans, quelle merveille. 

Une peu plus loin sur la petite route, si on prend un chemin, on se retrouve là.

IMGP0208

IMGP0210

IMGP0212

Approximativement, c'est l'endroit où les deux ruisseaux se rejoignent, mais je n'ai pu le trouver à cause des broussailles et d'une barrière menaçante. J'ai quand même pu me faufiler et prendre, après avoir franchi des bataillons d'orties, ces photos.

IMGP0213

IMGP0214

 

 

IMGP0215

IMGP0216

 

IMGP0215

 

 

IMGP0218

 

C'est un endroit si tranquille ... le seul bémol est une autoroute qui a été posée à 200 mètres de là, fendant le bocage ... ce jour-là le vent était dans l'autre sens, on entendait à peine les camions. Quand on roule à 120 à l'heure là-bas, imagine-t-on longer ces paradis de verdure?

En tout cas, j'ai continué mon périple à la recherche de l'embouchure du Renom sauvage, j'ai trouvé d'autres délices, et je vous le raconterai demain, ou après-demain plutôt, car demain vendredi, j'ai prévu d'aller en amont trouver sa source. Les mystères du bocage m'appellent et je ne résiste pas.