la perrière

 

Cette photo, je l'ai trouvée sur internet, je n'en ai pas fait moi-même ... problème d'appareil, et puis de toute façon, dans ces moments-là je suis tellement à gober l'instant que je n'y pense pas ... ce fut un week-end magique, comme à chaque fois à La Perrière.

J'étais installée dans une minuscule maison charmante, l'ancien four à pain, totalement adaptée au style de mon travail ... je vous assure que quand on expose dans ces conditions, on devient exigeante ensuite ... et encore, je n'avais pas eu le temps de créer une installation digne de ce nom comme j'aime tant le faire. Je vais tâcher de perfectionner cet aspect des choses, promis!

J'ai été sans cesse étonnée par les réactions des visiteurs (innombrables), franchement je ne m'attendais pas à ça. Je suis remontée à bloc, totalement encouragée, super-enthousiaste, pleine de gratitude ...Et puis, toutes ces belles rencontres, plus ou moins révélées, parfois juste un regard plein d'étoiles, parfois un mot de connivence, ou bien de longues discussions passionnées ... pour moi l'ermite lovée dans son cocon solitaire la plupart du temps, quel bain d'humanité bienveillante! 

Lundi soir, après avoir remballé, et en attendant le pot de clôture, je me suis offert une demi-heure de balade dans le village, montant et descendant les ruelles à flanc de colline, rêvant devant le splendide  panorama de bocages, les vieilles maisons soignées, les jardins dans leur exubérance de juin, le cimetière aux herbes folles qui embrasse avec délicatesse des tombes infiniment anciennes entre ses murs moussus ... que de beauté, de simplicité.