Un post en vitesse pour vous faire part d'une réflexion dans laquelle je rôde ces derniers temps.

Un survol du paysage de l'art textile contemporain "reconnu" m'amène à prendre conscience à quel point le minimalisme est de rigueur, notamment en France. Encore, je comprends très bien au Japon par exemple, où ça fait partie de leur culture ... mais ici? en fait nous n'avons pas apparemment de tradition en la matière, à part la haute couture et la mode bien sûr, et du coup l'art textile se voit diriger vers le conceptuel d'un doigt autoritaire, ou tout au moins vers une certaine forme d'expression très limitée.

Je suis artiste textile, je n'ai pas les mots qu'on apprend dans les grandes écoles pour parler de l'art - et tant mieux! - mais quand je vois ce qui est accepté en tant qu'art textile dans les hautes sphères de la Culture, je vois des codes, des limites, des impératifs austères. Garde-fous sans doute? pour surtout ne pas tomber dans la couture de dames? j'imagine évidemment la terreur que doit inspirer l'idée de, par une malencontreuse faute de goût, promouvoir, à notre époque, de l'ouvrage de dames, même de haute qualité...! ce mépris date de l'ère victorienne, et n'a pas évolué d'un millimètre.

Je demande pardon aux artistes qui créent de tout leur cœur ce travail d'art textile tel qu'il est reconnu actuellement. Je sais que ce sont toujours des parcours difficiles, dans lesquels il faut creuser sa place avec ses ongles. D'ailleurs, souvent ces travaux sont magnifiques et ont du sens, je ne le conteste pas. Même si on commence sérieusement à tourner en rond autour de quelques mêmes idées remâchées.

Ce que je conteste, c'est la mode qui, une fois de plus, impose sa dictature, là où tout particulièrement je ne vois pas beaucoup de connaissances historiques pour soutenir des choix. Pour parler crûment, l'art textile contemporain en France manque de décideurs qui connaissent leur thème. Alors, on fait comme si c'était de la peinture ou de la sculpture. 

Non, l'art textile, c'est du textile, avec des techniques vieilles et VARIEES comme le monde. Avec des tonnes de choses à dire. Et je voudrais encourager les artistes à se lâcher la bride, se laisser aller à ce qu'elles-ils veulent vraiment faire, au lieu de se copier plus ou moins les un-e-s les autres, avec quelques variantes.

Et j'ai le désir de luxuriance, de chatoyance, de - c'est quoi le contraire du minimalisme bon sang? exubérance? enthousiasme?  accumulation? oui, j'ai très envie de voir le textile accepté dans son abondance de possibilités créatives infinies, sans jugements ni trouilles ni conventions.